LES STATISTIQUES CONCERNANT L’INDICE DE MORTALITE POUR LA POPULATION DE PERSONNES SOUFFRANT D’HYPERTENSION ARTERIELLE EST SUPERIEUR A CELUI DE LA POPULATION ATTEINTE DE CANCER (ENVIRON 8,4% CONTRE 7,9%%) ET TRES NETTEMENT SUPERIEUR A LA MOYENNE GENERALE (QUELQUE 3%).  UN ARTICLE PARRU DANS LE » LANCET » INDIQUE QUE L’UTILISATION DE MEDICAMENTS POUR L’HYPERTENSIOIN FACILITERAIT LE PASSAGE DU CONVID 19 DANS LES POUMONS AVEC UN RISQUE ACCRU DE CONSEQUENCES PULMONAIRES FATALES, CE QUI EXPLIQUERAIT LES STATISTIQUES NEGATIVES.  QU’ EN PENSEZ VOUS ET QUEL CONSEIL DONNERIEZ- VOUS SUR LES DEMARCHES A SUIVRE DE LA PART DES PERSONNES SOUFFRANT D’ HYPERTENSION ?

Il est vrai que fin février il y a eu des inquiétudes dans la communauté scientifique et en particulier chez les cardiologues concernant COVID-19 et l’utilisation de médicaments hypotenseurs bloquant l’axe rénine-angiotensine, médicaments dits ACE inhibiteurs.

Nos confrères spécialistes de l’hypertension se sont emparés de cette question et ont rassuré à travers les recommandations des sociétés européennes et américaines de cardiologie. Le message sans nuance est le suivant: PAS DE RISQUE/RELATION ETABLIS, IL FAUT POURSUIVRE LES MEDICAMENTS HYPOTENSEURS de type ACE inhibiteurs.

Quant à la présence de hypertension chez les patients avec des formes graves, établir une relation de cause à effet n’est pas aussi facile que cela, comme vous l’avez sans doute lu, les patients avec des formes graves sont statiquement plus âgés. Or dans la catégorie d’âge > 60-65 ans la prévalence de l’hypertension est extrêmement élevée, > 60 % et augmentent encore plus fortement l’âge avançant.

 

Related Post